mercredi 21 novembre 2012

A lire : " Il était une fois en France " tome 6

L'idée d'un film avec Patrick Timsit, pour incarner "Monsieur Joseph" - alias Joseph Joanovici - serait en train de faire son chemin...
Pour ceux qui cherchent des idées de cadeau pour Noël, nous conseillons le tome 6 de "Il était une fois en France" - le dernier de la série signé Fabien Nury et Sylvain Vallée - paru aux éditions Glénat qui raconte comment Joanovici tenta de s'exiler en Israël...
Juillet 1949 : Joseph Joanovici comparaît devant la Cour de Justice de Paris pour collaboration. Son avocat est optimiste : les jurés lui pardonneront d’avoir fait fortune sur le dos des nazis, quand ils verront le nombre de Juifs qu’il a sauvés !
Joanovici n'était pas astreint au port de l'étoile jaune, sans même disposer d'une exemption.
Monsieur Joseph croyait qu’il pourrait se faire oublier, peut-être même trouver refuge en Terre Promise... C’est sans compter sur la haine tenace du juge Legentil, qui suivrait son ennemi intime jusqu’en enfer si cela lui permettait de faire triompher la justice.
L'immense succès public et critique, récompensée par le Prix de la Série à Angoulême, de "Il était une fois en France" se clôture superbement par ce 6e album qui raconte les dernières années d'un des personnages les plus ambigus des années de la Collaboration, entre 1940 et 1944.

Voir le site des éditions Glénat et le mini-site consacré à la saga

dimanche 18 novembre 2012

Pour en savoir plus sur les exemptions de l'étoile jaune

Si certains Juifs n’ont pas voulu porter l'étoile, d’autres ont bénéficié d'une exemption. Un privilège très rarement accordé par les autorités allemandes. Dans les familles concernées, un véritable tabou a recouvert ces situations, enfouissant au fond des mémoires les circonstances qui ont permis d'échapper au port obligatoire de l'insigne.
70 ans après, il est temps d'en parler !

 
> 26 Juifs officiellement exemptés
> 8 exemptions pour de "pressants motifs économiques"
> 6 exemptions liées à la police anti-juive
> Certaines nationalités bénéficiaires
> Léo Israelowicz et l'exemption de Robert Gamzon, de l'UGIF
> L'exemption du compositeur Marcel Lattès
> L'exemption d'Ida Guitelman grâce à une simple lettre ?
> 3 exemptions pour faciliter le vol des oeuvres d'art 
> Des demandes transmises aux préfets et l'attitude de Maurice Papon 
> Pétain a souhaité une exemption pour la veuve de Bergson
> Pétain a souhaité une exemption pour le pianiste Kostia Konstantinoff
> 10 exemptions à explorer...  

> DES DEMANDES D'EXEMPTION REFUSEES
> Maurice Goudeket, le mari de Colette
> Les pompiers de Paris 
> Nelly Franckfurt une Polonaise de 17 ans
> La résistance des avocats
> La veuve de Fernand Widal
> La baronne Lucie Girot de Langlade née Stern

> ILS N'ONT PAS PORTE L'ETOILE 

> Max Jacob 
> Louise Jacobson

dimanche 11 novembre 2012

De fausses exemptions d'étoile jaune

Depuis juin 1940, Joseph Wilberger, NSKK-Hauptsturmführer, est responsable à Paris des achats pour la province du Haut-Danube. Ce fonctionnaire allemand est à l'origine d'une affaire de fausses exemptions d'étoile jaune. La seule connue à ce jour. (1)
Les représentants Maximilian Steiner et Otto Kohn, ne pouvant travailler pour lui en portant l'étoile, Wilberger demandera une double exemption qui lui sera refusée.
Interrogé le 28 mai 1943, il déclare : " Je conviens que j'ai passé sous silence que les Juifs en question étaient à mon service en qualité d'acheteurs. L'Obersturmführer Röthke me déclara qu'il ne lui était pas possible d'établir un tel certificat, mais qu'il me conseillait d'en établir un moi-même et de lui donner un coup de téléphone en cas de difficulté ". (2)

Compte tenu du soutien de sa hiérarchie, Wilberger explique comment il a établi un faux : " La dessus, j'utilisai deux formulaires en blanc, revêtus du cachet de l'Ambassade d'Allemagne et j'établis les deux certificats en question aux deux Juifs. Je signai les certificats de ma propre main ".
C'était sans compter sur la procédure lancée contre Wilberger qui rebondira le 11 février 1944, lorsque Knochen, le chef de la SIPO, est sollicité d'agir par l'Office central pour la sécurité du Reich, dans un courrier signé Adolf Eichman. On lui demande de vérifier si les deux certificats ont bien été établis avec l'accord du service IV B du SD. (3)
Dans l'exposé des faits reprochés à Wilberger, il est noté : " Au début, la façon dont il s'acquittait de sa tâche n'avait rien de répréhensible. Il a été constaté par la suite qu'il se faisait aider dans son activité par deux Juifs intégraux "Volljuden" dont l'appartenance à la race juive lui était connue. Leurs relations finirent par devenir telles qu'il tomba complètement sous leur influence.
Il échappa à son contrôle combien d'argent les Juifs gagnaient sur ces affaires et, partant, au contrôle de ceux qui l'avaient chargé de sa mission. 

Afin que les Juifs n'aient pas d'ennuis lors de l'exercice de leur activité, Wilberger leur établit personnellement les certificats, les exemptant du port de l'étoile Juive ".
Le rapport insiste sur le fait que Wilberger se procura
les formulaires nécessaires à l'insu du conseiller Bodo, de l'Ambassade d'Allemagne à Paris, dans son bureau.
Wilberger remettra ses faux certificats le 3 avril 1943, pour l'anniversaire d'Otto Kohn - né le 3 avril 1896 à Teplitz-Schönau - en lui faisant remarquer que c'était son " plus beau cadeau ".
Il sera déporté par le convoi n° 57 au départ de Drancy le 18 juillet 1943.
Le rapport "charge" Wilberger, en lui reprochant d'être " entré en relations intime avec la Française Erna Salamon , sa cadette de 30 ans. Il en fit sa secrétaire et confia toutes ses affaires à cette dernière et aux deux Juifs ".
Le 8 mars 1944, Röthke apportera un démenti aux déclarations de Wilberger :
" En janvier ou février 1943, Wilberger est venu un jour chez moi et m'a prié d'exempter les deux Juifs Kohn et Steiner du port de l'étoile (...) Je me souviens que Wilberger avait déjà préparé le texte de ces certificats d'exemption et qu'au cours de notre conversations il avait posé la question de savoir à quels moments il fallait que les Juifs portent l'étoile et à quels moments cela n'était pas nécessaire.
J'ai dit alors à Wilberger que les Juifs devraient toujours porter l'étoile dès qu'ils entraient en contact avec d'autres personnes
".

Qui croire ? Wilberger le subalterne ou Röthke, le chef ?
La conclusion de ce dernier sera sans appel : " Si Wilberger a néanmoins établi de sa propre autorité des certificats d'exemption au port de l'étoile pour les deux Juifs, alors que les données juridiques du problème lui eussent été exposées clairement, cela constitue une calomnie et une usurpation de pouvoir ". (4)
Pour ces faits, Wilberger se retrouvera emprisonné à la prison de Linz, en Autriche.


(1) La NSKK ou Nationalsozialistisches Kraftfahrkorps était le corps motorisé du NSDAP . 
(2) CDJC-XXVa-162 Quatre documents, du 30 mai 1943 au 8 mars 1944.
(3) CDJC-XXVa-181 Attestation d'exemption du port de l'étoile jaune du 3 avril 1943 accordé à Otto Kohn.
CDJC-XXVa-205 Attestation d'exemption du port de l'étoile jaune illimitée faite par le NSKK-Hauptsturmführer J. Wilberger et accordée à Maximilian Steiner.
L'attestation contient aussi la mention " cette attestation est confirmée par le SS-Obersturmführer Röthke du service IV B de la Sipo-SD France à Paris ".

(4) CDJC-XXVa-162 Quatre documents, datés du 30 mai 1943 au 8 mars 1944, dont la réponse de Röthke au SS-Obersturmführer Dr Schmidt.

vendredi 9 novembre 2012

Point de vue critique sur "L'étoile jaune et le croissant"

Nous avons évoqué ici le 6 octobre dernier, la sortie du livre de Mohammed Aïssaoui, " L'étoile jaune et le croissant ", chez Gallimard, qui figure actuellement parmi les meilleures ventes.
Un livre de journaliste, écrivions nous, plutôt que d'historien.
Une critique en règle vient d'être postée  sur le site de l'association Etudes coloniales par Michel Renard, un fin connaisseur de l'histoire de la Mosquée de Paris.
Il estime que, finalement, Aïssaoui n'apporte pas d'éléments vraiment nouveaux.
Michel Renard, ancien directeur de l'ex-revue Islam de France est professeur d'histoire au lycée de Saint-Chamond (Loire) et chercheur. Il est le co-auteur de "L'histoire de l'islam et des musulmans en France" (Albin Michel, 2006).

dimanche 28 octobre 2012

Ils ont porté l'étoile jaune...


Leurs noms sont passés à la postérité. Ils ont en commun d'avoir porté l'étoile jaune.

Béatrice de Camondo 
Epouse de Léon Reinach, Béatrice portait l'étoile et montait quotidiennement à cheval au bois de Boulogne. Elle sera arrêtée en 1942 avec sa fille, tout comme son mari et son fils, passés en zone libre. Tous sont incarcérés à Drancy. Léon, Fanny et Bertrand seront déportés à Auschwitz le 20 novembre 1943 (convoi n° 62). Béatrice fera partie du convoi n° 69 parti le 4 mars 1944.
Serge Gainsbourg
Né en 1928 à Paris, de parents juifs et russes, Serge Gainsbourg portera l’étoile jaune. Avec ses parents et ses deux sœurs, Jacqueline et Liliane, il quittera Paris pour Limoges où la famille se cachera jusqu'à la fin de la guerre. « J’ai grandi sous une bonne étoile. Jaune » confia-t-il dans une interview. En souvenir de cette époque, celui qui s’appelait Lucien Ginsburg écrira la chanson Yellow Star en 1975.
A la Libération, Gainsbourg donnera des leçons de musique et de dessin à la Villa Champsfleur, une école juive du Mesnil-le-Roi, qui accueillait les enfants survivants des déportés, administrée par la Jewish Labor Bund. C’est là qu’il commença à écrire ses premiers textes.

Poète et romancier, Max Jacob est né à Quimper en 1876. A Montmartre, il fréquente Picasso, Braque, Matisse, Apollinaire et Modigliani.
Né juif mais converti, il se fera baptiser à 40 ans, avec Picasso comme parrain. En 1909, sur le mur de sa chambre au 7 de la rue Ravignan, le Christ lui était apparu...
A partir de 1936, il se retire à l'abbaye bénédictine de Saint-Benoît-sur-Loire. C'est là qu'il sera arrêté par la Gestapo d'Orléans le 24 février 1944. Il mourra d'épuisement au camp de Drancy, le 5 mars 1944, en dépit des interventions de ses amis Cocteau et Sacha Guitry.


Daniel Kahneman 
Né le 5 mars 1934 à Tel-Aviv en Israël, ce psychologue et économiste américano-israélien, professeur à Princeton, est prix Nobel d'économie 2002.
Sa famille, originaire de Lituanie, émigra dans les années vingt. Il passait son enfance à Paris lorsque la France fut envahie par l'armée allemande.
En 2003, il écrira ce souvenir : « Alors que les Juifs devaient porter l'étoile jaune et respecter un couvre-feu à six heures, je rentrais tard après avoir été jouer avec des camarades chrétiens. Alors que je marchais dans la rue, un soldat allemand s'approche. Il portait l'uniforme noir des SS que l'on m'avait appris à craindre plus que tout. Alors que j'accélérais le pas, arrivant à son niveau, je notais qu'il me regardait intensément. Il s'est penché vers moi, m'a pris puis serré dans ses bras. J'étais terrifié qu'il ne remarque mon étoile sous mon chandail. Il me parlait avec émotion, en allemand. Il a desserré son étreinte, ouvert son porte-monnaie, montré la photographie d'un petit garçon et donné de l'argent. Je suis rentré à la maison, plus convaincu que jamais que ma mère avait raison : les gens sont infiniment compliqués et intéressants. »

Adolphe Steg
Né le 27 janvier 1925 à Verecky (Tchécoslovaquie), Ady Steg est professeur de médecine, spécialisé en urologie, et membre de l'Académie nationale de médecine depuis 2000. Il a notamment opéré le président Mitterrand de son cancer de la prostate, en 1992.
Engagé dans la résistance auprès des FFI de Sarlat, il a été président de la section de Paris
de l'Union des Etudiants Juifs de France, vice-président de l'Union mondiale des étudiants Juifs, président du CRIF et président de l'Alliance Israélite Universelle pendant 26 ans jusqu'en 2011.
Grand officier de la Légion d'honneur, il est aussi membre du Comité Directeur de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
Alors qu'il était élève au lycée Voltaire, il porta l'étoile jaune.
Ce qui suscita, a-t-il dit, " l'émotion ou la consternation " de ses camarades, mais aussi la réaction de son professeur de lettres, M. Binon, qui ce jour-là, fit étudier le célèbre texte de Montesquieu " De la tolérance ".

> LIRE LE DISCOURS DE JACQUES CHIRAC lors de sa remise de la croix de grand officier de la Légion d'honneur en février 2001.

Edith Stein
Le 12 octobre 1891, jour du Yom kippour, Edith Stein naît à Breslau dans une famille juive. Adolescente, elle s'éloigne de la foi de ses parents. En 1913, elle découvre l'œuvre du philosophe Husserl et part étudier près du maître à Göttingen. En 1916, elle devient docteur en philosophie. Baptisée en 1922, elle enseigne à Spire, chez les dominicaines de 1923 à 1931. En 1933, elle entre au Carmel de Cologne et sera interdite d'enseignement du fait de l'arrivée de Hitler au pouvoir. Souhaitant une position claire de l'Eglise elle écrira au pape Pie XI. Son décès stoppera la rédaction de l'encyclique condamnant l'antisémitisme.
En 1938, après la Nuit de Cristal, elle se réfugia au carmel d'Echt (Pays-Bas).
Arrêtée par la Gestapo le 2 août 1942, elle croisera au camp de Westerbork une autre grande mystique juive, Etty Hillesum, embauchée par le Conseil juif du camp pour aider à l’enregistrement. Cette dernière consignera dans son Journal la présence d’une carmélite avec une étoile jaune et de tout un groupe de religieux et religieuses se réunissant pour la prière. Elle mourra dans les chambres à gaz de Auschwitz-Birkenau, le 9 août 1942.
Le pape Jean-Paul II l'a déclarée sainte le 11 octobre 1998.
> LIRE LA LETTRE D'EDITH STEIN AU PAPE PIE XI

dimanche 7 octobre 2012

" Sauve-toi, la vie t'appelle " de Boris Cyrulnik

Boris Cyrulnik n'avait pas encore raconté son passé d'enfant caché.
A 75 ans, après un parcours de vie exceptionnelle, le neuropsychiatre le plus médiatique de France, le "pape" de la résilience, a décidé de faire le récit de son drame intime.
Dans " Sauve-toi, la vie t'appelle " (Odile Jacob), il explique comment il a tourné le dos au malheur, comment l'on peut porter un traumatisme aussi lourd et arriver à recoller les morceaux.
Celui qui se croyait coupable de la mort de ses parents déportés à Auschwitz a réussi à se reconstruire, à sortir de son agonie psychique.
Son livre n'est pas une vraie autobiographie mais sa "représentation" du passé, sa reconstruction de sa mémoire.
Boris Cyrulnik est né à Bordeaux en 1937.
Bordeaux, la ville où sa mère, Nadia, a été arrêtée et déportée à Auschwitz par le convoi n° 7 du 19 juillet 1942, au départ de Drancy. Son père, Aaron, sera déporté à Auschwitz par le convoi n° 64 du 7 décembre 1943.
La famille habitait au 60 rue de la Rousselle et la veille de son arrestation, sa mère - ultime geste d'amour - confia son enfant à l'Assistance publique.
Bordeaux, la ville où il sera lui-même arrêté le 10 juillet 1944.
Bordeaux, la ville où il retourna pour la première fois en 1985.
Grâce à d'étonnants concours de circonstances, et à l'aide de personnes exceptionnelles - notamment Madeleine Farges, nommée Juste en juin 1996 -, il échappera à la déportation en s'évadant de la synagogue de Bordeaux où il était enfermé avec 227 autres Juifs. Il avait 6 ans et demi et longtemps, il fit sienne cette citation d'Élie Wiesel : « Il est interdit de me taire, il est impossible de parler. »
Aujourd'hui, près de 70 ans après, il parle !

" Sauve-toi, la vie t'appelle " (Odile Jacob, 2012)

POUR EN SAVOIR PLUS 
La vidéo de "On n'est pas couché"
Lire l'article de Sud Ouest
Voir aussi le dossier du Nouvel Observateur

A PROPOS DE L'ETOILE JAUNE

Boris Cyrulnik estime que la France chrétienne a changé sa représentation du Juif " grâce au port de l'étoile jaune " et qu'elle a " volé au secours des Juifs " (p. 282-283).
Il a constaté le même phénomène aux Pays-Bas : " dès que le port de l'étoile jaune, avec l'inscription " Jood ", a été rendu obligatoire en avril 1943, la population a protégé les Juifs. Ce phénomène n'a pas eu lieu en Allemagne ou dans d'autres pays d'Europe centrale, parce que le marquage a été décidé alors que l'extermination était déjà accomplie ".

samedi 6 octobre 2012

Kaddour Ben Ghabrit, un Juste musulman oublié ?

Le livre de Mohammed Aïssaoui permettra-t-il de faire avancer la reconnaissance de Kaddour Ben Ghabrit comme Juste des Nations ?
Un dossier est ouvert à la commission des Justes de Yad Vashem mais il manque de témoignages probants.
L'auteur de " L'étoile jaune et le croissant " apporte quant à lui de nouveaux éclairages sur la personnalité du fondateur de la Grande Mosquée de Paris.
Ben Ghabrit, avec l'aide de son imam Si Mohamed Benzouaou, aurait aidé des Juifs. Mais leur nombre et les circonstances exactes méritent une enquête approfondie. Il aurait notamment fourni une fausse attestation au chanteur Salim Halali.
Est également évoquée l'action du réseau de résistance de l'hôpital franco-musulman de Bobigny, et particulièrement les actes du Dr Ahmed Somia.
Aïssaoui explique ne pas avoir fait un livre d'historien, ni un roman, mais un livre de journaliste.
Lorsqu'il souhaita accéder aux archives de la Mosquée de Paris, il lui sera répondu qu'elles n'existent pas ! Déçu par ses rencontres avec l'actuel recteur Dalil Boubakeur, Aïssaoui confie qu'il a été beaucoup plus aidé par les organisations juives que par les autorités musulmanes.
Lors de ses recherches en Algérie, on lui a même conseillé de ne pas annoncer la couleur...
Partisan de l'amitié sincère entre juifs et arabes, Aïssaoui, musulman de tradition familiale mais non pratiquant, a fait fi du tabou et son livre nous plonge dans sa quête de témoignages.
Il cite notamment celui de Serge Klarsfeld, dont la mère a pu obtenir de faux papiers faisant d'elle une musulmane, celui du fils d'une infirmière juive (Oro Tardieu-Boganim), et surtout celui de Philippe Bouvard.
Le journaliste-humoriste, qui jusqu'alors n'avait guère rappelé ses origines juives, évoque comment sa mère Andrée Gensburger, juive alsacienne, fit appel à Ben Ghabrit pour faire libérer son père adoptif, Jules Luzzato, arrêté par les Allemands.
Mohammed Aïssaoui, écrivain et journaliste au Figaro Littéraire (français d'origine algérienne et athé), a obtenu le prix Renaudot de l'essai 2010 pour L'Affaire de l'esclave Furcy.
En 2006, il a signé Le Goût d'Alger, paru au Mercure de France.

POUR EN SAVOIR PLUS

> Lire aussi dans "Le Parisien" du 18.2.2015 le témoignage du fils de l'imam Abdelkader Mesli, sauveur de juifs à la mosquée de Paris.

> S'il n'existe aucun Juste musulman en France, Yad Vashem, dont la procédure de reconnaissance est particulièrement stricte, en a reconnu soixante (Bosniaques et Albanais), dont un Turc.
Selahattin Ülkümen
Il s'agit du diplomate Selahattin Ülkümen (1914-2003), consul général à Rhodes en 1943 et 1944, Juste depuis 1989.
D'autres musulmans, s'ils ne sont pas Justes, ont incontestablement sauvé des Juifs. Citons Necdet Kent, vice-consul à Marseille entre 1942 et 1945.
L'action de Namik Kemal Yolga, ambassadeur de Turquie à Rome, Paris, Caracas, Téhéran, Moscou, est par contre contestée par certains historiens (notamment Esther Benbassa).
L’histoire romancée de plusieurs de ces diplomates, apparaît dans le roman de Ayşe Kulin, Dernier Train pour Istanbul (Éditions Ramsay, 2009). 
Marek Halter, dans La force du bien (Éditions Robert Laffont, 1995) évoque aussi le sujet.
Abdol Hussein Sardari
Mentionnons également le rôle éminent d'Abdol Hussein Sardari, consul iranien de Paris en 1940, qui sauva 1200 juifs d'Europe en leur donnant la nationalité iranienne. Yad Vashem l'avait interrogé en 1978, trois ans avant sa mort, interrompant l'enquête initiée pour sa reconnaissance comme Juste.

> Le film " Les Hommes Libres ", d'Ismael Ferroukhi (France, 2011), avec Tahar Rahim et Michael Lonsdale, s'est beaucoup inspiré des faits attribués à Ben Ghabrit, grâce à l'historien Benjamin Stora.

Mohammed V et le grand rabbin de Meknes
> L'action du roi du Maroc Mohammed V est également rappelée dans " L'Etoile jaune et le croissant ". " Il n'y a pas de juifs au Maroc, il y a seulement des sujets marocains " avait répondu le souverain au représentant de l'administration coloniale.
Mohammed V a été fait Compagnon de la Libération en 1945, par décision du général De Gaulle.
 

L'étoile jaune et le croissant de Mohammed Aïssaoui, Gallimard, 172 p., 17,50 €.



Plus largement, le livre d'Aïssaoui pose un nouveau regard sur les amalgames faciles entre islam et antisémitisme.
Trop souvent, l'histoire fait référence à Amin al-Husseini,  le grand mufti de Jérusalem, à la botte des nazis. Bien sûr, Hitler a su trouver dans le monde islamique des soutiens inespérés contre les juifs.
La police anti-juive, s'appuyait aussi sur la redoutable Légion nord-africaine créée début 1944 par Henri Lafont, responsable français de la Gestapo, et le nationaliste algérien Mohamed el-Maadi, issu de la Cagoule, sous les ordres du colonel SS Helmut Knochen.
Mais la réalité est plus nuancée et nombre de convergences entre islam et judaïsme expliquent aussi les soutiens qui ont pu exister de la part de musulmans anonymes.
Outre les recherches de Mohammed Aïssaoui citons aussi celles de l'américain Robert Satloff, publiées en 2006.
Directeur exécutif du Washington Institute for Near East Policy, il est l'auteur de " Parmi les Justes " (Among the Righteous, Lost stories from the Holocaust's Long Reach into Arab Lands).
Son travail, après cinq années de recherches, a permis d'identifier l'existence de trois musulmans Tunisiens ayant sauvé des juifs : plusieurs dizaines de juifs échappé d'un camp furent cachés par un fonctionnaire retraité, Si Ali Sakkat. Joseph Nacache échappa à une rafle grâce à Hamza Abdul Jalil, propriétaire d’un hammam, qui le prévient. Les familles Boukris et Uzan furent cachées à Mahdia dans une propriété de l’architecte Khaled Abdul Wahab (1911-1997).
Yad Vashem étudia sa candidature en 2007 mais en 2009, le titre de Juste lui fut refusé.
Même conclusion lors d'un réexamen en 2010, au motif que son action ne constituait pas un danger immédiat pour sa vie.
Lire le plaidoyer d'une fille Boukris dans le New York Times.

> Michel Renard, professeur d'histoire, chercheur et co-auteur de "L'histoire de l'Islam et des musulmans en France" (Albin Michel, 2006) se veut très critique du livre de M. Aïssaoui.
Lire son article détaillé sur le site des études coloniales.
A écouter : palmarès RTL-L'Express du 11 octobre 2012
A lire : l'article du Figaro du 4 octobre 2012
Sur Wikipédia, la notice biographique de Mohammed Aïssaoui et celle d'Abdol Hussein Sardari.
Lire aussi l'article du The Telegraph sur Sardari, en décembre 2011.
Le témoignage de Philippe Bouvard avait été relaté par Actualité Juive.

A LIRE EGALEMENT :


Esther Benbassa : Juifs et musulmans. Une histoire partagée, un dialogue à construire, Paris, Éditions La Découverte, 2006 
Robert Assaraf : " Mohamed V et les Juifs du Maroc à l’époque de Vichy " (Plon, 1997) 
Stanford J. Shaw : " The Jews of the Ottoman Empire and the Turkish Republic ", Londres-New York, Macmillan/New York University Press, 1992.
Jeffrey Herf : " Hitler, la propagande et le monde arabe " (Calmann Lévy, 2012)
Gilbert Achcar : " Les Arabes et la Shoah  La guerre israélo-arabe des récits "
Actes Sud, Arles, 2009


 Si Kaddour ben Ghabrit et le major Ratibor visitant la mosquée de Paris, le 7 mars 1941
Photo : Gérard Sylvain - Mémorial de la Shoah - Paris (CDJC - MXC_D4_73)


Le 7 mars 1941 l'hôpital franco-musulman de Bobigny était remis à la disposition de la population musulmane en présence de nombreux dignitaires allemands et français. A cette occasion, les officiers allemands sont inviter a visiter la mosquée de Paris.